communauté

La société des Sauk et Mesquakie est en partie patriarcale et en partie matriarcale. Les fils héritent généralement le titre et la fonction de leur père, bien que la descendance soit tracée le long de la lignée maternelle. Peu importe le groupe ethnique d'appartenance du père de l'enfant, ce dernier appartient automatiquement au clan de sa mère. Les femmes jouent également un rôle important au sein du gouvernement tribal. Le fils d'un chef civil ne peut pas hériter le titre de son père sans le consentement des femmes de la communauté.

Les clans

Les enfants naissent au sein de familles élargies appelées clans. C'est l'esprit protecteur de l'ancêtre commun des membres du clan qui distingue les clans. Il y a des clans du loup, du wapiti, de l'ours, du cygne, de l'esturgeon, de l'aigle chauve, et même de la neige et du tonnerre.

Le chef civil ou de paix

Cette fonction est transmise de père en fils aîné. Le chef civil règle les conflits à l'intérieur de la tribu. Il dirige les réunions du conseil tribal. Il joue également un rôle diplomatique, représentant son peuple aux assemblées convoquées par d'autres tribus. En temps de guerre, le chef civil laisse la place au chef de guerre.

Le chef de guerre

En temps de guerre, le conseil choisi un chef de guerre parmi les plus braves et les plus aptes des guerriers. Le chef de guerre préside les rencontres du conseil chaque fois qu'un sujet relatif à la guerre est débattu. Il agit également en tant que général, menant les guerriers de la tribu pendant les campagnes militaires.

Le conseil

Chaque fois qu'il est nécessaire de prendre une décision importante, le chef civil réunit les chefs de clan de la tribu pour un conseil. Les décisions sont prises par consensus. Les orateurs talentueux sont l'objet d'une grande admiration et peuvent discourir sans se fatiguer pendant des heures. Sur les sujets de la guerre et de la paix, les pourparlers peuvent s'éterniser pendant plusieurs jours, voire des semaines. Il revient au chef civil de s'assurer que les membres de la tribu se conforment aux décisions du conseil. Il ne peut pas les forcer à obéir. Il doit les persuader. Il arrive parfois qu'une minorité dissidente choisisse de s'établir dans un autre village.

Le chef cérémoniel

Le conseil de la tribu choisit un chef cérémoniel parmi les sorciers, ou shamans, les mieux respectés du village. Principal gardien des rites religieux, le chef cérémoniel instruit les autres sur les différents rites de la tribu.

Les conseils de bande actuels

Le gouvernement américain a perturbé les manières traditionnelles des Sauk et Mesquakie de choisir leurs chefs et de s'autogouverner. À partir de la Guerre de 1812, les États-Unis considèrent Keokuk, plus conciliant, comme chef civil des Sauk et Mesquakie et refusent de reconnaître les chefs héréditaires de la tribu. De nos jours, chaque bande de Sauk et Mesquakie choisit un conseil de tribu calqué sur le modèle américain de gouvernement.

Choc des cultures : Philosophie de guerre

Les Sauk ont peu de choses en commun avec les Américains. C'est particulièrement vrai en matière de philosophie de guerre. Certaines de ces différences sont décrites ici.

Pour les Sauk
Un guerrier Sauk est considéré honorable s'il peut toucher un ennemi armé et rester vivant. Cet exploit, appelé "compter un coup", lui donne le droit d'ajouter une plume d'aigle à sa coiffure.
Pour les Américains
Les soldats américains sont récompensés d'après le nombre d'ennemis qu'ils ont tués. Tous les moyens sont bons pour y parvenir.

Pour les Sauk
Lorsque leurs terres furent envahies, les Sauk convoquèrent un conseil pour identifier les actions à prendre. Tous les membres de la tribu furent invités à se prononcer.
Pour les Américains
Les représentants élus prennent toutes les décisions. En temps de guerre, le président est le décideur suprême.

Pour les Sauk
Ils sont rompus aux attaques-éclair, au terme desquelles l'affaire sera réglée.
Pour les Américains
Les Américains sont habitués à de longues guerres soutenues.

Pour les Sauk
Les Sauk n'ont aucun concept de stratégies de combat organisé et discipliné.
Pour les Américains
Les Américains disposent souvent de stratégies très élaborées et combattent d'une manière strictement disciplinée.

Pour les Sauk
Les chefs de guerre sont suivis par respect et admiration. Les guerriers combattent généralement quand et comment ils le veulent. Il leur appartient de quitter la bataille ou de rester.
Pour les Américains
Les généraux d'armée sont suivis par ordres. Tous les soldats ont l'obligation d'obéir aux ordres de leur supérieur.

Pour les Sauk
La guerre est envisagée comme un sport, et une façon pour les guerriers de prouver leur virilité et se mériter l'estime de leurs pairs.
Pour les Américains
Pour les Américains, la guerre est une affaire sérieuse, à long terme.

Pour les Sauk
Les Sauk se battent avant tout pour la gloire et l'honneur.
Pour les Américains
Les Américains se battent principalement pour le profit.

L'économie

Agriculture, chasse, pêche, extraction du plomb: l'économie des Sauk et Mesquakie était fort variée et ce, bien avant la venue des Européens.

L'agriculture

L'agriculture fournissait traditionnellement la majorité des aliments consommés par les Sauk et Mesquakie. Les cultures incluaient le maïs, les fèves et les courges, le maïs étant la plus importante. On pouvait le préparer de différentes façons: bouilli, rôti, ou en soupe. Les grains pouvaient être écrasés dans la nourriture ou entreposés pour un usage ultérieur. Les femmes s'occupaient de la ferme et des champs.


Le poste de traite. Croquis : Ballantyne, vers 1840.
Archives de la compagnie de la baie d'Hudson

La chasse, la pêche et le piégeage

Les hommes sont responsables de la chasse et de la pêche. Ces activités fournissent les protéines animales nécessaires à l'alimentation ainsi que les fourrures pour les vêtements. Chaque automne, des villages entiers migrent jusqu'aux vastes prairies pour la chasse communale. Après une chasse fructueuse, les hommes rapportent le bison au village où les femmes préparent et sèchent la viande. La viande de bison séchée constitue l'aliment hivernal de base. Les femmes tannent également les peaux de bison et en font des couvertures chaudes. Peu après l'arrivée des Européens, les hommes sauk et mesquakie se mettent à trapper les animaux pour les peaux qu'ils échangent contre des marchandises européennes.

Extraction du plomb

Les Mesquakie procèdent à l'extraction et à la fonte de petites quantités de plomb pour leur usage personnel, longtemps avant l'arrivée des Européens. Les Français les encouragent à en faire le commerce. Éventuellement, les Mesquakie concluent une entente avec Julien Dubuque du Bas-Canada. Ils lui «louent» une concession minière. Plus tard, la région prend son nom.

De nos jours, un nombre assez considérable de Sauk et Mesquakie sont devenus fermiers. Plusieurs travaillent pour des agences tribales ou gouvernementales. Les sauk et mesquakie possèdent et opèrent plusieurs casinos au Kansas et en Iowa. Ces entreprises non seulement fournissent un nombre important d'emplois, mais également l'argent qui s'impose pour les programmes sociaux. Plus de la moitié des sauk et mesquakie vivent et travaillent à l'extérieur des réserves.

"... Rock River était un pays magnifique. J'aimais mes villes, mes champs de maïs, et les habitations de mon peuple. Tout cela est à vous maintenant. Préservez-les comme nous l'avons fait". (Black Hawk, lors d'une visite à Washington, D.C., en 1837).

......